Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte

Double odalisque

Visible à l'atelier

Eau forte et photogravure sur Velin d’arches. 

n°1/30

65x 50 cm.

Le prix comprend l’encadrement, le paiement est sécurisé

 

Savez-vous que la loi vous protège ?

Si au bout de 14 jours vous avez un regret sur cet achat, (ce qui nous désolerait) vous pouvez exercer votre droit de rétractation et nous vous remboursons. (Voir le détail dans les conditions générales de vente)

 

Vous avez la possibilité de payer cette oeuvre en 3 ou 4 fois sans frais.

 

GP4
New product

600 €

- +

Ajouter au comparateur

 
Informations sur l'oeuvre
Largeur50
Hauteur65
Certificat d'authenticitéoui (le certificat sera fourni dans la livraison)
Nombre d'exemplaires1
 
Le parcours de Guacolda

Formation

1993       Licence d’arts plastiques. Paris VIII     

1991       DNSAP  Diplôme de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris

Collections

2016       RAJA ART, France

2016       ECLA, Artothèque Saint Cous. France

2015       Le Radar, Artothèque, Bayeux, France

2011       Institut Franco Japonais de Tokyo. Réalisation d’une fresque, Japon

2009       Ville de Fontenay-sous-Bois, France     

2003      Artothèque de l’inspection académique du Maine et Loire, France

2002      Ventes publiques Hôtel Drouot, France

2005      Ventes publiques Hôtel Drouot, France

2000      Dépôt légal à la Bibliothèque Nationale, France

 

Publications

2013      Arrabal livre rare (gravures) avec Michel Pelloille

2012       Music, le Coltin Grafik

2008       Film dans l’atelier « surimpressions » (4‘)

2008       Création d’une affiche publique pour la ville  de  Montreuil

2003       Documentaire « Guacolda dans la foule » Film I.N.A.

2002      « Echo futur »  livre sur un texte de Marie Gayet

2000      Catalogue de la biennale de gravure de Campo-Basso.

 

Prix, Bourses

2014       Résidence Galerie Fadi Moghabghab, Aïn Zhalta, Liban

2012       Résidence CPS de Lisbonne, (Centre Portugais de Sérigraphie) Portugal

2007      PRIX GRAV’X galerie Michèle Broutta, France

2006       Mac Val 94  bourse individuelle à la création. Ivry sur Seine, France

2004       DRAC Ile de France, bourse d’aide à l’aménagement d’atelier, France

1991       Bourse d’études ERASMUS Beaux-Arts de Barcelone, Espagne

 

Expositions personnelles

 2017       Galerie Insula                                                        - Paris

2015       Artothèque Ecla                                                      - Saint-Cloud

2014       RentingArt                                                              - Neuilly sur Seine, France

2013       Les infirmières galeries                                            - Paris, France

2013       Journée de l’estampe                                               - Paris, France

2013       Journée des métiers d’Art                                         - Paris, France

2012       CPS de Lisbonne  (Centre Portugais de Sérigraphie)    - Lisbonne, Portugal

2012       Journée des métiers d’Art                                          - Paris, France

2011       Galerie D’Est et d’Ouest                                            - Paris, France

              Institut Franco Japonais                                            - Tokyo, Japon

2010      «Famille » Galerie Ducastel                                        - Avignon, France

2009       «Jardin » Galerie Benezit                                          - Paris, France

2009       Galerie Septentrion                                                  - Marcq en Baroeul, France

2007       «Jeu » Galerie Benezit                                              - Paris, France

2005       Galerie Ducastel                                                       - Avignon, France

2004      «Gourmandise » Galerie M.Bénézit                              - Paris, France

2003       Gravicel                                                                   - Lille, France

2002       Galerie M.Bénézit                                                     - Paris, France

            «Renaissance» C N d’Art et d’Essai, Lucernaire-            - Paris, France             

2000       Bibliothèque Robert  Desnos                                     - Montreuil, France

1998       Galerie M. Bénézit.                                                  - Paris, France

1997      « Silhouettes »  La Villette, Pavillon janvier                - Paris, France

 

Expositions collectives

 2017       Petit panorama de l’art Textile. 100% textile            - Villeneuve d’Ascq

2017       SALO V Salon du dessin érotique contemporain         - Paris

2016       Under Construction Gallary                                      - Paris

2016       Artothèque Ecla                                                      - Saint-Cloud

2016       Beirut artfair galerie Fadi Mogabgab                         - Beyrouth, Liban

2016       Galerie Insula « Histoire d’Empreintes »                   - Paris, France

2016       Tribew saison 1                                                      - Paris, France

2015       Alice                                                                      - Issy les Moulineaux

2015       Beirut artfair galerie Fadi Mogabgab                         - Beyrouth, Liban

2015       116, centre d’art contemporain « La Belle Vente »     - Montreuil

2014       Beirut artfair galerie Fadi Mogabgab                         - Beyrouth, Liban

2014       Elandarts                                                               - Paris                                                                                                                                                                                    2014       Envied'art                                                             - Paris, France

2013       Beirut artfair galerie Fadi Mogabgab                        - Beyrouth, Liban

            « Format raisin » Galerie Martagon                            - Malaucènes, France

              Les docks « le Salon de la mode et du design »         - Paris, France

              Lydie’s friends (Lydie  Bonnaire)                              - Paris, France

2013       Galerie KO21                                                         - Paris, France

2012       CPS de Lisbonne. (Centre Portugais de Sérigraphie) - Lisbonne, Portugal

2011       « Art en Cours » 17 artistes français                       - Tokyo, Japon

              L’artothèque l’Inventaire                                        - Lille, France

              Atelier Mandarine                                                  - Brest, France

2010       L’artothèque le Radar                                            - Bayeux, France

2009       Galerie Stéphanie Hoppen                                      - Londres,                                  

2008       ST’ART FOIRE EUROPEENNE D’ART CONTEMPORAIN - Strasbourg, France

              Espace Dialogos                                                     - Cachan, France

2007       PRIX GRAV’X galerie Michèle Broutta                       - Paris, France

              APACC    « KOER »                                                 - Montreuil, France

2005       ARTCITE 2005                                                       - Fontenay-sous-Bois, France

2004       Galerie Arts pluriels                                                - Nantes, France

2003       IV BIENNALE de la Gravure d’ile-de-France               - Versailles, France

2002       Le Trait                                                                  - Paris, France

2001       Salon « Grands et Jeunes d’Aujourd’hui »                 - Paris, France

              Galerie La Hune Brenner                                          - Paris, France

2000       « Trace 2000 » Biennale d’estampes                         - Anet, France

              Campo-Basso Biennale de la Gravure                        - Italie

1998       Salon Estampas (Galerie Marina)                              - Madrid, Espagne

 
Guacolda, au fil de l'art

Guacolda, au fil de l’art

Publié le 06 décembre 2015

Dans le parcours de peintures, gravures, tressages, broderies que Guadolca présente actuellement à l'ECLA de Saint-Cloud, un mot-clef relie secrètement toutes ces productions dans une même grille de lecture révélant une démarche créative cohérente. Ce mot : " trame", riche de tant de significations, élucide chaque facette d'une œuvre pour laquelle un fil conducteur guide le cheminement d'une expérience à l'autre.

Au fil des mots

Déjà l'introduction de textes dans l'agencement d'un tableau détermine un point de départ significatif. Car ces mots écrits à la main dessinent le premier fil d'Ariane de cette œuvre multiforme. Au fil des mots Guacolda tisse la trame d'une narration discontinue dont les lignes façonnent le premier fil rouge d'une aventure à suivre sur d'autres territoires. Depuis quelques années son dessin, dans un tracé continu où l'œil s'égare, participe à cette trame vivante presque en mouvement à la manière de l'expérimentation scientifique des précurseurs du cinématographe.

Il fallait s'attendre à voir ce trait ondoyant jaillir du papier, acquérir sa liberté textile pour vagabonder à sa guise. Ce travail récent ouvre une voie nouvelle dans la figuration de Guacolda. L'exposition accorde une place majeure à cette fibre rebelle qui, au-delà de la broderie, anime un caractère, conforte l'expression vivante de son modèle avec une présence insoupçonnée. Parfois cette figure textile prend appui sur la trame d'un papier japonais. Plus loin la transparence d'un papier bulle plastique tendu devant une fenêtre permet à l'artiste de jouer entre la trame régulière de ce support diaphane et ce sillon textile insoumis. Au-delà d'une simple broderie, Guacolda joue avec la gravité pour donne à ce trait matérialisé par le fil une liberté inédite, le laissant ruisseler en cascade le long de la silhouette. On pressent que ce lien va initier de nouvelles conquêtes tant son développement prolifique sur le plan du support incite l'artiste à lui accorder davantage encore la primauté sur le dessin au bénéfice d'une destinée en volume.

Entrelacements

Dans ses œuvres de tressage, Guacolda nous avait déjà familiarisé avec cette inclination à jouer avec les entrelacs pour mieux révéler la trame d'une histoire, celle qui réunit les hommes à travers le temps dans cette interrogation sans cesse renouvelée sur leur présence au monde.

Ce substrat culturel participe à un jeu de trames, associant l’enchevêtrement  des supports peints et la référence historique qu'elle implique (toile de Jouy notamment). Découpes puis entrelacements de deux systèmes de signes donnent naissance à une troisième œuvre, complexifiée, obligeant le regardeur qui a perdu ses repères à s'interroger sur cet exercice perturbant où l’œuvre de l'artiste contemporain rejoint la manœuvre millénaire du tisserand de Mésopotamie. Le protocole mis en œuvre par Guacolda chaîne ainsi tous les aspects de cette même stratégie : trame de l'écriture sur le plan du tableau, trame peinte sur la toile, trame issue de ces entrelacs minutieux entre l'histoire de l'art et la création originale, trame enfin avec le jaillissement de cette fibre libérée de la broderie et engagée dans une odyssée nouvelle au fil de l'art. 

"Figures" Carte blanche à Guacolda                                                                                     Du 18 novembre au 18 décembre 2015                                                                                 ECLA Le Carré 3 bis, rue d’Orléans - Saint-Cloud

 
A propos de Guacolda

De fil en aiguille.

Multi interventionniste, Guacolda tisse une œuvre aux innombrables entrées. Et rares sont les médiums qu'elle se refuse à explorer. Partant, dès lors qu'elle s'empare d'une aiguille et d'un fil, elle sait se montrer au summum de son art singulier où s'agrègent à la fois, la gravure, la peinture, le dessin.

Par cette globalité, transcendant les clivages en cours, l'ensemble de ses pièces ressortit autant d'un concept cher à l'art dit contemporain que d'une tradition picturale éprouvée, et pourquoi ne pas dire classique. En cela, sa démarche où foisonnent les citations, celles de ses modèles présélectionnés, où le détournement s'impose en pivot, s'apparente à un vaste chantier au centre duquel l'image prime. Or, si ce n'est celle-ci qui finit par l'emporter, voici que via les entrelacs de ses essaims complexes se trame celle d'une réalité démultipliée, manière de rébus à l'œil, trace et matière confondues.

Dans cette optique, la sienne, les motifs évidés ne se signalent que par les contours, invitant à cette incidence, le scrutateur à reconstituer dans une sorte de réflexe le corps manquant comme en dessin le tracé le suggère, comme en gravure la saillie le détermine, comme en peinture la masse insinue la forme. Encore que le dernier pan de ce distinguo ne soit valide que par intermittence, si l'on se prend à considérer ici, en particulier, ces pièces sur plastique, sur bulle-gomme où, par transparence, la troisième dimension jaillit d'un conflit arbitré entre deux : entre l'a plat et la profondeur de champ induite. Et quand l'œil perce au lointain, voici, qu'illico il se recentre sur la géographie du périmètre, d'une façon telle que dans ce processus de mise au point contrainte, et donc d'essence photographique, la surface manquante se rétablit d'elle même. Pour preuve, quelques uns de ces travaux récents (2014), fondés autour de Vermeer, où l'on distingue le portrait de La jeune fille à la perle, certes enluminé, mais où ce mécanisme agit en droite ligne de cette double identification à peine différée.

Autre qu'un mot qui vaudrait ici pour sa charge éthique, la transparence détermine l'ensemble de son œuvre - au (x) fil (s) de sa découverte - où ces arcanes se révèlent à vue - la friche et l'enluminure allant de pair dans sa réalisation. Et, pour le démontrer, ses autres travaux constitués sur toile de Jouy (2014) sont aussi explicites. Où le fond matériel profus livré en tant que tel se conjugue avec le message, le lettrage - celui d'un texte de Lionel Tua -, qui fixe la forme, celle d'une pièce légendée, volontairement saturée. Autre piste, autre lecture, et ce qui dans sa version de La jeune fille à la perle transparaissait en creux, s'expose ici, en surabondance. Deux axes comme deux aspects antagoniques d'un point de vue pictural pur mais qui se rejoignent et pactisent à l'épreuve des faits ; ceux de l'inversion cogitée et de la narration lente.

En effet, quelle application que celle de Guacolda, artiste persévérante dont le geste attaché à son art provient d'une ère domestique surannée, emblématique de celle où la femme s'évertuait à cette tâche qui, loin de déboucher sur l'expression artistique, scellait sa dépendance au quotidien. Dans son contexte propre, il tendrait à mettre à jour sa sérénité dégagée des tentations industrielles.

Dans l'atelier de la patience longue où elle élabore ses œuvres, elle fourbit ses pièces en vertu de paramètres remarquables où deux notions de la durée se heurtent, appréciant à ce crible sa détermination artisanale - temps court - et la finalité de son travail édulcoré qui renvoie à une sensation de rapidité. Une joute par laquelle l'a priori légèreté du concept se voit défier par la précision méticuleuse de la manière d'opérer qui implique de ne pas perdre le fil : celui de sa dextérité et de son projet subtil. Encore, lui faut-il, outre le respect de ses deux données, compter avec l'aléatoire de sa composition quand elle se doit dans un souci d'harmonie s'arranger de ses chutes dont l'agencement, au final, compte autant que le piqué.

Département de l'art royal ou sacré qui vit son apogée au cours du XVème siècle, l'enluminure retrouve avec elle sa place et sa vigueur dans notre lexique visuel contemporain. Bien que par ses formats, en vérité, elle se rapproche davantage de la fresque que de la miniature. Par ce biais comparatif, attachons- nous à discriminer les racines d'une œuvre qui, in fine, puise autant dans la pictural que dans l'écriture, dans le pictor de l'enlumineur, que dans le scriptor du scribe. Car si Guacolda, inexorablement, de par ses racines se positionne en digne peintre, elle cingle dorénavant vers un horizon où le graphisme filaire et la mise en place d'un alphabet déchiffrable, ou non, retient son travail dans le champ d'une écriture plastique. Et quand le filet trace la figure, le résultat questionne l'œil sur le mode de la lecture. Notable dans ces œuvres sur transparence, ce questionnement s'étend à toutes, car elles ont en commun de se placer sous le signe du rythme, d'une étymologie secrète, où le signe l'emporte sur le support, et par extension sur la surface. Ce qui d'usage s'ancre à la plume, au fusain, au pinceau, elle le spécifie par l'aiguille et le fil, avec la très nette volonté de ressurgir ailleurs que dans les champs archi-visités d'une figuration qui ne se limiterait qu'à sa mission définie - Ici, le mot figuration se devant d'être envisagé au sens de formes.

Nonobstant, en dépit d'une authentique complexité liée au décryptage de ses œuvres si l'on veut s'en donner la peine, celles-ci apostrophent au premier balayage de la rétine qui se trouve happée par la magie opérante de l'invisible exprimé. Par une sorte d'omission volontaire, ce qui manque se trouve cité par des effets de filés, de trainées textiles, d'infimes et pertinentes délicatesses appropriées à l'apparition par substitution. Il n'est pas à la portée de tous de savoir créer une énigme, de décliner le mystère par suggestion, et si le pictural parlait à l'oreille, il faudrait écrire : par chuchotements. L'étonnante quiétude qui émane de ces pièces tient à coup sûr de la manière réglée et apaisée par laquelle elles apparaissent, filtrées d'un en-soi profond au miroir de cet univers composé, re-composé, s'agissant de ces tressages où ce même sentiment de patience ajustée se manifeste.

Avec la maestria d'un Cy Twombly qui se serait essayé à l'aiguille, elle excelle dans l'art du crayonné qui chez elle n'est qu'illusion, dans le déploiement d'une stratégie textile aux fins mystérieuses, dans la manipulation de l'image source re-figurée, dans la mise en pointillé de ce qui d'usage se lit d'un trait, démiurge d'une féminité têtue où le sensible dompte le brutal. En règle générale, il est toujours d'assez mauvais ton de s'appesantir sur les finesses, voire les délicatesses d'un travail, une perspicacité qui vaut souvent à l'artiste via l'auteur d'être regardée en maniériste, suspecte à ce titre de développer une œuvre qui ne tiendrait que par des afféteries préconçues, et donc subsidiaire. Afin de faire mentir ce présupposé, pour ma part, j'affirme que chez Guacolda, la manière, c'est à dire le style et la science délectable qui s'y rapporte tient lieu de sa facture distincte, lavée du moindre soupçon, parce qu'enraciné dans une longue tradition quiète où le gracile en surface combat de l'intérieur le pathos sur lequel les faiseurs s'appuient pour faire croire qu'ils ont l'âme d'un créateur. Laissons-là, donc, être légère.

Sur papier-bulles, sur toiles, en fils, en traits, en tresses, Guacolda avance, et sans cesse dans la transparence.

Et pendant ce temps-là, obstinément, elle cousait.

Christian-Louis Eclimont - Mai 2015. 

30 autres produits dans la même catégorie :

Comparer 0

No products

To be determined Shipping
0 € Tax
0 € Total

Prices are tax included

Check out