Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte

Nicolas Maalouly

Visible à l'atelier !

Mon amie la rose

100X100 cm

Collage sur châssis traditionnel, papier affiche, colle, encre fluidine, vernis 

Le paiement est sécurisé.

 Savez-vous que la loi vous protège ?

Si au bout de 14 jours vous avez un regret sur cet achat, (ce qui nous désolerait) vous pouvez exercer votre droit de rétractation et nous vous remboursons. (Voir le détail dans les conditions générales de vente)

NM002
New product

1 600 €

- +

Ajouter au comparateur

 
Informations sur l'oeuvre
Poids4
Largeur100
Hauteur100
Certificat d'authenticitéoui (le certificat sera fourni dans la livraison)
 
Nicolas Maalouly par lui-même

" Ma formation d'architecte doit y être pour quelque chose: il y a dans ma production un sens obsessionnel, de la grille et des proportions relatives au nombre d'or ; il y a surtout la volonté de conter l’infinie diversité du monde à partir d une forme toujours volontairement identique, il n'y a donc ni début ni fin, il n'y a qu'un seul et même tableau, qui est différent à chaque fois et qui est à redéfinir la fois suivante. Chaque toile est une fenêtre ouverte sur une autre toile, de façon répétitive et infinie. Je travaille donc  la répétition, du motif rectangulaire comme on peut le remarquer de suite quand on regarde mes toiles mais je travaille à l origine la répétition d un geste  et de son empreinte.

 

Dans ma recherche, je détourne des matériaux, en particulier le papier, à des fins esthétiques, poétiques et ludiques; je travaille sur la matière, le pli, la trace, la déchirure. L'usure et les marques déposées par le temps sont au centre de mon propos pour parler de fragilité et raconter l histoire d une reconstruction perpétuelle.

 

Avec la volonté de créer avec ce qui existe déja, il y a au départ de ce monde abstrait des affiches, des dessins, des cartes que je  découpe. Une fois mes module de base obtenu,  je  les combine de manière fortuite ainsi à travers ce que j appelle le "hasard contrôlé" mon travaille raconte le temps, le temps passé à recomposer des morceaux, des miettes  et des bribes d informations, pour former systématiquement une unité, un tout. A travers cette mosaïque de mots; lettres et signes notre oeil réussi  à lire  puis à retrouver un sens. C’est donc un travail sur l effacement de l'information  sur l oubli ou plus exactement ce qui résiste et persiste dans notre esprit; en définitive sur ce qui reste de nous...

 

Pour résumer mon travail je raconte souvent avec humour que je dessine des carrés; en réalité j’ai trouvé dans le vocabulaire de la géométrie et de la construction une expression libre et aléatoire.

 

L’exemple le plus frappant en est toute la série "des empreintes": une matrice en papier  préparé à chaque fois et pour chaque toile avec les proportions exactes sert de tampon unique: dans cette expression organique et fluide  on peu lire le long travail de préparation, de pliage et les accidents du papier; la peinture se mélange directement sur la toile et laisse apparaître un instantanée.

 

Pour moi la complexité pour un artiste réside dans le fait qu’il joue un "jeu" dont il à lui même établi la règle du jeu, il faut donc beaucoup de rigueur pour la respecter. "

 

Nicolas Maalouly, plasticien 

 
Le parcours de Nicolas Maalouly

Né en 1973 à Beyrouth (Liban) – vit et travaille à Paris

Diplômé de l’Ecole d’Architecture Paris La Villette en 200

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

 

2016    Fusion // Galerie Oberkamfpt // Paris

           Arteo // Paris

2015    La métamorphose de la mémoire // Galerie Think and More // Paris

           GMAC // Paris

           La lumière // Galerie L’Engrenage // Paris

2014    Salon d’art contemporain de Saint-Sulpice // Paris

            Salon d’art contemporain de Levallois // Levallois

2013    Galerie Dollita // Quiberon

2012    Galerie Atelier du génie // Paris

2011    GMAC // Paris

            Atelier Vitrine // Paris

            Chez Lili et Monelle // Paris

2010    Galerie SEMAEST [Viaduc des Arts] // Paris

           Galerie Dollita // Quiberon

           Centre d’art contemporain // Vern Sur Seiche

2008    Galerie Onirik // Paris

2007    Flânerie de Belleville [Journée Atelier Ouvert] // Paris

           Viaduc des arts // Paris

 2006   Galerie la Seine des Arts // Paris

2005    Espace 54 // Paris

2004    Galerie Job’art // Paris

           Expo Lab // Rennes Dossier de candidature - Nicolas Maalouly

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2017    Un nuage passe… - galerie A l'Ecu de France - Centre d'art de Viroflay //                        Viroflay

2016    Vitrine de Noël // L’Atelier // Paris

            Yia Art Fair Carreau du temple sur le stand de la galerie ArtMenParis // Paris

            Lil’art // Les Lilas

2015    Colorama // Centre culturel du Silo // Château Thierry

           Vitrine de Noël // L’Atelier // Paris

           Métamorphose // Larocafé // Romainville

2014    Marché d’Art de Saint-Sulpice // Paris

           Galerie des Dominicains // Nice

2013    Galerie Valérie Altounian // Nice

           Centre culturel d’art contemporain // Touzac

           Co Auteur d’Art // L’Hay-Les-Roses

           Galerie Arcima // Paris

           Galerie ArtMenParis // Paris

           Chemin des Créateurs du XI° // Paris

2012   Journée Eco Vintage et Up Cycling // Paris

           Galerie D’une terre à l’autre // Paris

2011    Chemin des Créateurs du XI° // Paris

           Galerie Arcima // Paris

           Galerie Terre d’Alligre // Paris

2010   Chemin des Créateurs du XI° // Paris 

 
A propos de Nicolas Maalouly

"Art du morcellement élevé au niveau de la poésie urbaine, cet art explose dans des couleurs tantôt franches tantôt apaisées par l’érosion du temps. A partir d’un module basé sur le nombre d’or, Nicolas Maalouly, d’origine libanaise, découpe des affiches et les organise dans une composition inédite.

 Pris dans leur matérialité, les images et les mots de la société sont démembrés, éparpillés dans une nouvelle configuration pour relancer le réseau de significations. Des lettres s’échappent et semblent prêtes à s’assembler pour former un nouveau discours que chacun peut formuler à sa convenance en déplaçant les modules de certaines œuvres. De la répétition naît la différence dans un lien qui se joue entre Eros et Thanatos, pour produire du discontinu, une plasticité prise dans l’instant fragile de l’apparition. Des cartes sont soumises au même procédé de coupures et d’assemblages afin de créer une géographie imaginaire, propre à fonder une ville à venir et favoriser l’errance sans entrave, dans le plaisir de la rencontre.

 Cette œuvre formule un dépassement de la grille, de la contrainte, voire de l’interdit pour exprimer un non-dit qui se donne en entités plastiques. Les coupures engendrent des plis, des éléments non révélés telles des blessures cachées qui se livrent à l’usure de la vie. 

 Du visible à l’invisible, du pli au lisse se manifeste une énergie vitale fondatrice d’une esthétique subtile. "

 

Véronique Perriol, directrice artistique de la Galerie Arcima

 

-------------------------------------------------

 

" Sans cesse. Recommencer. Sans cesse. Redéfaire. Et recommencer. Ça n’en finit jamais. Remettre l’ouvrage chaque jour, chaque seconde, sur le métier. Reprendre.

 Et recommencer encore. A l’infini.  Sans arrêt pousser encore un peu plus loin, détailler. Ciseler. Préciser. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Répéter. Refaire et défaire. Remettre et démettre. En maître sur la toile à tisser, sur la laine à entrelacer, le jour à compléter. S’arrêter, regarder, et puis reprendre. Tout reprendre.

 Monter. Démonter. Monter de nouveau tout en haut. Descendre et reprendre le chemin. Sans cesse. Cesser de tergiverser et refaire. Produire et reproduire. Encore. Toujours plus loin. Plus fort. Mieux. Meilleur encore que ça. Et défaire. Pour refaire autrement. Plus précisément. Sans accrocs, toujours au mieux de ce qu’il faut donner. Entamer une nouvelle forme. Restructurer. Pour s’adapter. Réadapter. Ajuster. Et s’immiscer.  Décider et entériner. Puis reprendre. Parfaire. Et réitérer. Toujours. Plus grand. Assumer l’erreur et délier, défiler, démonter, détruire, et reconstruire. Relever. Oser.

 Et puis changer. Nouveauté. Renouvelée. Obsédé jusqu’au dégoût. Mais dépasser et poursuivre. Au microscope, visualiser parfaitement. Se distancier. Plus près, au plus près, jusqu’à toucher, loucher. Et faire le point. Revenir en arrière. Et achever. Compléter. Sans cesse. Fouiller, fouiner, dénicher, trouver. Retrouver. Le juste milieu. L’exacte précision. Parfaire. A refaire. S’affairer. Et pointer. Affiner. Pour nettoyer, récurer, nettoyer encore. Jusqu’à fignoler dans les coins.  Exposer le résultat. Et attendre les commentaires. Pour énumérer, décrire et retracer.

 Et recommencer. Encore recommencer. Sans arrêt. Filer et défiler. Finir et définir. Ranger et déranger. Architecture parfaite. Sans défaut. Sans reproche. Juste. Comme il faut. Exact dans les moindres détails. Tailler et détailler. Échanger. Liquider. Innover pour découvrir. Recouvrir d’un mouchoir et ne pas criser, pleurer. De l’art et la manière de. Manies. Maniaque. Et désœuvré. Se pencher pour contempler, tourner dans tous les sens et décider que c’est imparfait.

 Et sans cesse recommencer. Réaliser toujours mieux. Recommencer. Et peaufiner. "

 

Stéphane de Augustinis, assistant social

 

 

-------------------------------------------------

 

" Le travail de Nicolas Maalouly se revèle comme une vraie rencontre poétique. 

 Il entraîne le spectateur dans un récit très personnel composé de modules associés comme autant de parcelles d'imaginaires.

 Le papier qu'il utilise sous toutes ses coutures vibre et frissonne; peaux effeuillées, déchirures suturées attirent le regard qu'y s'y laisse submerger. Le scénario s'invente en direct. Dans l'entrelacs des lettres et des signes soumis au hasard des rencontres informelles rien n'est explicite.

 Les chemins dans lesquels Nicolas Maalouly nous entraine sont ceux de la découverte sensible, de l'intimité d'un homme à l'univers esthétique sans cesse questionné. Pour mieux saisir l'étroite relation entre ses travaux, il faut s'inscrire dans la possibilité d'un aller-retour qui nous amène chaque fois un peu plus loin.

 Une histoire de déracinement, un rêve nourri d'images et de textures qui accordent au rythme et à la couleur une autre perception de la réalité.

 Son oeuvre pose la question de la place que l'on fait à l'autre et surtout de la place que l'on fait à chacun. De l'unité modulable pouvant fonctionner par elle-même à l'entité de la toile, il nous ouvre de nouveaux horizons, de nouveaux possibles.

 Fidèle à ses maîtres J. Villeglé et Raymond Hains, il trouve sa singularité dans l'alternance des propositions plastiques qu'il explore. Il trouve sa ligne, sa forme, sa force dans la réconciliation affirmée au grand jour.

 Chaque toile est un morceau de paysage intérieur à emporter avec soi pour se recomposer."

 

Marie Eybert, conseillère pédagogique départementale en Arts

18 autres produits dans la même catégorie :

Comparer 0

No products

To be determined Shipping
0 € Tax
0 € Total

Prices are tax included

Check out